Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G
itenfrdeptes

Partagez notre contenu !

Les corps des Apôtres étaient conservés dans la catacombe de Saint-Sébastien à l'époque des persécutions.
Le nom particulier de « catacombe » en vint alors à désigner tous les anciens cimetières chrétiens de Rome.

par Talia Casu

PEn continuant notre pèlerinage le long de la Voie Appienne, entre le troisième et le quatrième kilomètre, à huit cents mètres de San Callisto, se trouve un autre des lieux de visites pieuses qui caractérisent l'ancienne route : le cimetière de San Sebastiano avec son ancienne basilique.

La zone, nommée dans l'Antiquité vers Catacumbas (près de la dépression), depuis l'époque impériale, elle connaît une exploitation minière en raison de la présence de carrières de pouzzolane, tant à ciel ouvert qu'en tunnel. Plus tard, dans la même région, une nécropole bien structurée est née, composée de grands columbaria (sépultures d'incinération) et de mausolées, appartenant principalement à des affranchis impériaux ; à partir de la première moitié du Ier siècle après JC, le complexe occupait également une carrière abandonnée.

A l'ouest de la nécropole, fut construit un bâtiment appelé « Villa grande » (première moitié du IIe siècle), composé de neuf pièces disposées autour d'une cour centrale. Les murs et les sols sont décorés de mosaïques et de fresques imitant le marbre polychrome, parmi lesquelles se distingue par son intérêt la décoration d'un mur avec une représentation d'un paysage maritime ; ici est conservé un graffiti en grec qui peut faire référence au lien entre la zone funéraire adjacente et le complexe.

Par la suite, l'ensemble de la carrière fut partiellement comblé, formant ce qu'on appelle la "Piazuola", où furent construits trois mausolées à deux étages partiellement creusés dans le tuf, avec des salles souterraines finement décorées de stucs et de fresques : Mausolée de Marcus Clodius Hermes, Mausolée des Innocentiores, Mausolée de la Hache. 

Dans le mausolée de Marcus Clodius Hermes, initialement prévu pour les sépultures par incinération, des sépultures par inhumation furent ajoutées entre la fin du IIe et le début du IIIe siècle. Parallèlement, on note également un changement dans le décor pictural : une singulière fresque (début du IIIe siècle) présente dans le grenier reproduit la parabole des cochons possédés de Gérasa (Mt 8, 28-34 ; Mc 5, 1- 20 ; Lc 8, 26-39), tandis que les serpents à tête de Méduse peints sur l'escalier d'entrée sont blanchis. Tout porte à croire que nous étions passés des tombeaux païens aux tombeaux chrétiens.

Dans le mausolée des Innocentiores, appartenant au collège du même nom (peut-être des affranchis impériaux), a été trouvé à l'étage inférieur un graffiti christologique dont nous avons parlé dans l'article consacré à l'iconographie de la croix (La Sainte Croisade, 10/2023, p. 17).

Dans la première moitié du IIIe siècle, un autre bâtiment est construit, appelé la « Petite Villa », composé de deux étages : une salle souterraine éclairée par une lucarne et une terrasse avec comptoirs. Le bâtiment, qui avait pour fonction de garder l'espace funéraire, était orné d'élégants décors de bandes rouges sur fond blanc et était destiné à la réalisation des rites liés aux cultes des morts.

Vers le milieu du IIIe siècle, la "Piazuola" et les mausolées furent également enterrés et une cour avec un édicule fut construite au-dessus. Le long du côté est, une terrasse à portiques a été créée, dont deux côtés sont occupés par un comptoir, appelé Triclia. La décoration du mur du fond était composée d'une fresque représentant un jardin dense derrière une treille de roseaux, surmontée d'une bande de plâtre rouge. Sur le mur et les piliers du portique, les pèlerins qui se rendaient au cimetière chrétien dessinaient d'innombrables graffitis évocateurs en latin et en grec, s'adressant aux apôtres Pierre et Paul. Certains de ces graffitis sont encore lisibles, comme celui d'un pèlerin du IIIe siècle qui laisse sa demande d'intercession sur le plâtre : «Paule et Petre, petite pro Victore» (Paul et Pierre, intercédez pour Victor). 

Le culte des deux Apôtres, auquel le lieu est lié, est également attesté par de nombreuses sources anciennes : le Dépôt Martyrum et le martyrologe hiéronimien indique sa mémoire en ce lieu le 29 juin, au moins depuis 258, année que l'on peut établir avec certitude grâce à la mention des consuls Tusco et Bassus.

Il y a encore un débat sur l'origine du culte des deux Apôtres au cimetière vers Catacumbas. Une hypothèse veut que les corps de Pierre et Paul y aient été transportés temporairement pendant la persécution de Valérien, qui avait rendu inaccessibles les deux sanctuaires du Vatican et la Via Ostiense. Une autre hypothèse, mais décidément improbable, basée sur une inscription damasienne, l'identifie comme le lieu où vivaient les Apôtres pendant leur séjour à Rome.

Dans la seconde moitié du IVe siècle, par volonté de l'empereur Constantin, fut construite une basilique cimetière circulaire, appelée Basilique Apostolorum, dont la réalisation a nécessité de remplir le Triclia et les environs. Au centre de la nef principale de la basilique mémoire marqué le point du sous-jacent Triclia, où un autel avait été placé contre le mur de graffitis ; De plus, une ouverture permettait également de voir d'en haut la crypte qui abritait le tombeau du martyr Sébastien.

Au IVe siècle également, les catacombes, qui proviennent d'au moins six noyaux indépendants, connurent un fort développement ; le système de tunnels s'étendait sur trois niveaux, aujourd'hui en mauvais état. Même les peintures qui ont survécu sont peu nombreuses ; parmi ceux-ci, les célèbres de la "cabine de Jonas", datant de la fin du IVe siècle.  

Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G