Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G
itenfrdeptes

Partagez notre contenu !

du cardinal Ennio Antonelli

Amoris Laetitia a eu des interprétations opposées parmi les pasteurs, les théologiens et les travailleurs de la communication sociale. La question se pose spontanément : par rapport à la doctrine et à la pratique traditionnelles (en particulier par rapport au Familiaris Consortio de Saint Jean-Paul II) y a-t-il continuité, rupture ou nouveauté dans la continuité ?

Le chapitre le plus discuté est le huitième, intitulé « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité » (nn. 291-312). Ce sont des situations irrégulières ; mais le Pape n'aime pas ce mot (cf. Catéchèse du 24 juin 2015) ; il préfère parler de «situations de fragilité ou d'imperfection» (AL, 296). Il considère la pauvreté existentielle, en particulier « la solitude, résultat de l'absence de Dieu dans la vie des gens et de la fragilité des relations » (AL, 43), une forme de pauvreté plus grave que la pauvreté économique (un peu comme Mère Teresa de Calcutta considérait ne pas se sentir aimé comme la plus grande pauvreté). Nous devons prêter attention aux blessés de la vie pleine de miséricorde et essayer de les intégrer dans l'Église, bien que de différentes manières (cf. AL, 297). Par exemple, les situations de mariage civil ou de simple cohabitation doivent être transformées « en opportunités de cheminement vers la plénitude du mariage et de la famille à la lumière de l'Évangile » (AL, 294).

Nous devons être fermes dans la proposition de la vérité et en même temps accueillants envers tous, en particulier envers les pécheurs, à l'imitation de « Jésus, qui en même temps proposait un idéal exigeant et ne perdait jamais sa proximité compatissante avec les personnes fragiles comme la Samaritaine ou la femme adultère » (AL, 38). «De la conscience du poids des circonstances atténuantes - psychologiques, historiques et même biologiques - il résulte que, sans diminuer la valeur de l'idéal évangélique, nous devons accompagner avec miséricorde et patience les étapes possibles de croissance des personnes qui se construisent aujourd'hui. le jour, en laissant place à la miséricorde du Seigneur qui nous stimule à faire de notre mieux » (AL, 308). Ni le rigorisme doctrinaire ; ni un laxisme imprudent ou une pratique éloignée de la vérité (cf. AL, 2; 3; 300).

Tout d'abord, je veux souligner que la doctrine ne change pas : « Ne pensez jamais que nous cherchons à réduire les exigences de l'Évangile » (AL, 301). La réglementation générale des sacrements ne change pas non plus : « on comprend qu'on ne doive pas attendre du Synode ou de cette Exhortation une nouvelle réglementation générale de type canonique, applicable dans tous les cas » (AL, 300).

En harmonie avec l'Évangile (cf. par exemple Mc 10, 8-9, 11-12) et avec l'enseignement de l'Église, Amoris Laetitia rappelle que le mariage chrétien est indissoluble (cf. AL 292 ; 307), que le divorce est un mal grave, très répandu et inquiétant (cf. AL, 246), alors que la nouvelle union de personnes divorcées est un grave désordre moral (cf. AL, 291; 297; 305). Même les personnes divorcées, en concubinage ou remariées, doivent être aidées à prendre « conscience de l'irrégularité de leur situation » (AL, 298). « Évidemment, si quelqu'un affiche un péché objectif comme s'il faisait partie de l'idéal chrétien, ou veut imposer quelque chose de différent de ce qu'enseigne l'Église, il ne peut pas prétendre faire de la catéchèse ou prêcher, et en ce sens, il y a quelque chose qui le sépare de la communauté. Il a besoin d'entendre à nouveau l'annonce de l'Évangile et l'invitation à la conversion » (AL, 297).

L’enseignement de la vérité objective dans Amoris Laetitia reste le même que toujours. cependant, il est conservé en arrière-plan comme condition préalable. Le sujet moral unique avec sa conscience, ses dispositions intérieures, sa responsabilité personnelle est mis au premier plan. Pour cette raison, il n'est pas possible de formuler une réglementation générale ; on ne peut qu'encourager « un discernement personnel et pastoral responsable des cas particuliers » (AL, 300).

Autrefois, à l’époque du christianisme, toute l’attention était portée à la vérité morale objective, aux lois générales. Quiconque ne respectait pas les règles était présumé gravement coupable. C’était une preuve commune, partagée pacifiquement. Les divorces en seconde union faisaient scandale, car ils mettaient en danger l'indissolubilité du mariage. C’est pourquoi ils ont été marginalisés par la communauté ecclésiale en tant que pécheurs publics.

Plus récemment, à l'époque de la sécularisation et de la révolution sexuelle, beaucoup ne comprennent plus le sens de la doctrine de l'Église concernant le mariage et la sexualité. Il est largement admis que les relations sexuelles entre adultes consentants sont légitimes, même en dehors du mariage. On peut émettre l’hypothèse que certaines personnes vivent dans des situations objectivement désordonnées sans pleine responsabilité subjective. On comprend donc que saint Jean-Paul II ait jugé opportun d'encourager les personnes divorcées et remariées à s'impliquer davantage dans la vie de l'Église (mais en excluant certaines tâches) et à rencontrer la miséricorde de Dieu « par d'autres moyens », différent de la réconciliation sacramentelle et de l'Eucharistie (Reconciliatio et Poenitentia, 34), à moins qu'ils ne s'engagent à observer la continence sexuelle.

Le pape François, dans un contexte culturel encore plus avancé de sécularisation et de pansexualisme, va encore plus loin, mais dans la même direction. Sans faire taire la vérité objective, elle focalise l’attention sur la responsabilité subjective, qui peut parfois être diminuée ou annulée. Il accentue fortement le message de miséricorde et explore les possibilités d'une plus grande intégration dans l'Église, basée sur le principe de progressivité, déjà énoncé par saint Jean-Paul II dans Familiaris Consortio (FC, 34). Il cite textuellement la formulation de son prédécesseur : « (l'homme) connaît, aime et réalise le bien moral selon les étapes de sa croissance » ; puis il explique : «(cela implique) une progressivité dans l'exercice prudentiel des actes libres chez des sujets qui ne sont pas en mesure de comprendre, d'apprécier ou de mettre pleinement en pratique les exigences objectives de la loi» (AL, 295). Le Pape, se référant à saint Thomas d'Aquin, voit le droit naturel, non pas comme un ensemble de règles données a priori et simplement à appliquer dans des décisions concrètes, mais comme une source d'inspiration (cf. AL, 305), donc de manière plus générale ( intuitives), nous descendons aux normes plus concrètes et enfin aux cas individuels (cf. AL, 304) à travers une réflexion rationnelle et un jugement prudentiel. La doctrine est compétente pour les normes ; pour les cas individuels, le discernement est requis à la lumière des normes et de la doctrine (AL, 79 ; 304 à partir du titre « Les normes et le discernement »). Ce processus dynamique peut être influencé par des conditions qui diminuent ou même annulent l'imputabilité de l'acte humain désordonné (cf. AL, 302). En fin de compte, elles peuvent être réduites à trois typologies : méconnaissance de la norme, incompréhension des valeurs en jeu, obstacles perçus comme l'occasion d'autres fautes (cf. AL, 301). Cette approche ne diffère pas de la tradition : on a toujours dit que pour commettre un péché mortel, il faut non seulement une matière grave (un grave désordre objectif), mais aussi une pleine conscience et un consentement délibéré (cf. Catéchisme de saint Pie La nouveauté d'Amoris Laetitia réside dans l'ampleur de l'application donnée au principe de progressivité dans le discernement spirituel et pastoral des cas individuels. L’intention est de donner un témoignage ecclésial plus attrayant et plus convaincant de l’évangile de la miséricorde divine, de réconforter les personnes spirituellement blessées, d’apprécier et de développer, autant que possible, les germes de bien qui se trouvent en elles.

En considération de la dynamique de discernement, le Pape François envisage la possibilité d'une intégration progressive et plus complète dans la vie ecclésiale concrète des personnes en situation de fragilité, afin qu'elles expérimentent toujours plus, et pas seulement sachent, qu'il est beau d'être Église ( cf. AL, 299). Après un discernement pastoral adéquat, ils pourront se confier diverses tâches, dont ils étaient auparavant exclus, mais « en évitant toute occasion de scandale » (ibid.).

Le discernement personnel et pastoral des cas individuels « doit reconnaître que, puisque le degré de responsabilité n'est pas le même dans tous les cas, les conséquences ou les effets d'une norme ne doivent pas nécessairement toujours être les mêmes » (AL, 300). «Pas même en matière de discipline sacramentelle, puisque le discernement peut reconnaître que dans une situation particulière il n'y a pas de faute grave» (AL, note 336). «En raison de facteurs conditionnants ou atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n'est pas subjectivement coupable ou pas pleinement coupable – on puisse vivre dans la grâce de Dieu, on puisse aimer, et on puisse aussi grandir dans la vie de grâce et charité, en recevant à cet effet le secours des sacrements » (AL, note 351). Le Pape ouvre donc également une fenêtre d'opportunité pour l'admission à la réconciliation sacramentelle et à la communion eucharistique. Mais il s’agit là d’une suggestion hypothétique, générique et marginale. Je reviendrai sur le sujet plus tard.

Le Pape lui-même est conscient qu'il y a des risques à avancer sur cette voie : « Je comprends ceux qui préfèrent une approche pastorale plus rigide, qui ne donne lieu à aucune confusion. Mais je crois sincèrement que Jésus veut une Église attentive au bien que l'Esprit répand au milieu de la fragilité : une mère qui, au moment même où elle exprime clairement son enseignement objectif, ne renonce pas au bien possible, même si elle il risque de se salir avec la boue de la route" (AL, 308). Des risques et des abus sont prévisibles tant chez les pasteurs que chez les fidèles, par exemple : confusion entre responsabilité subjective et vérité objective, entre loi de la progressivité et progressivité de la loi ; relativisme moral et éthique de situation ; évaluation du divorce et de la nouvelle union comme moralement légitimes ; découragement de la préparation au mariage, démotivation des fidèles séparés, accès à l'Eucharistie sans les dispositions nécessaires ; difficultés et perplexités des prêtres dans le discernement ; incertitude et anxiété parmi les fidèles.

Des orientations supplémentaires de la part de l’autorité compétente sont nécessaires pour une mise en œuvre prudente. Le chemin est étroit et les cas individuels ne peuvent en réalité être que des exceptions ; Je le montrerai plus tard dans mon discours.

Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G