Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G
itenfrdeptes

Partagez notre contenu !

par Ottavio De Bertolis

« Que les enfants de Sion se réjouissent en leur roi » (Ps 149, 2) : ainsi l'Église, nouvelle Sion, exhorte ses enfants à se réjouir en Jésus, vrai roi de gloire. Le roi, en effet, selon la conception biblique, si différente de la conception occidentale, n'est pas quelqu'un qui est "en haut" pour dominer, mais celui qui est placé "sous" le peuple, pour le prendre en charge, l'élever. et les guider : seulement dans ce sens, Dieu le place « en haut », sur ses épaules, comme le fait le berger avec les brebis. C'est pourquoi l'expression « roi » est équivalente au nom « berger », et ainsi les termes « bon berger » et « bon roi » sont équivalents. il est roi parce qu'il gouverne, c'est-à-dire qu'il soutient, et il est berger parce qu'il guide : vous pouvez penser combien de fois nous trouvons dans l'Écriture qu'il soutient dans les épreuves, guide son troupeau et rassemble les dispersés, guérit les blessés. brebis et prend soin des plus forts, et non tu n'en finiras jamais. 

Une image particulièrement belle est celle de l'Apocalypse, dans laquelle le Christ ressuscité est représenté tenant dans sa main droite les sept étoiles, symbole des Églises, et donc de chacun de nous, comme une pierre précieuse, une perle qu'Il a trouvée et il se tient près de lui devant son Père (voir Apo 1, 16). c'est Lui qui tient notre existence entre ses mains, même si cela ne semble pas être le cas, surtout dans les moments les plus sombres d'épreuve, physique ou spirituelle, et c'est pour cela que le Psaume dit : « Le Seigneur règne, que la terre se réjouisse, que tous les îles se réjouissent. Les nuages ​​et les ténèbres l'entourent, la justice et la justice sont la base de son trône" (Ps 97, 1-2). Les nuages ​​et les ténèbres l'enveloppent : la seigneurie de Dieu sur nos vies semble parfois cachée, obscurcie par de nombreux nuages, par un épais brouillard qui l'enveloppe, comme peuvent l'être les maladies, les nôtres ou celles de nos proches, les épreuves spirituelles ou psychologiques auxquelles nous sommes exposés, le péché, le nôtre ou celui des autres, sur nous, et finalement la mort. Le Psalmiste veut nous rappeler que Lui seul est le Roi, le vrai Seigneur, et que les autres ne sont que des « seigneurs » autoproclamés, ils le disent, ils se présentent comme tout-puissants, mais le véritable pouvoir appartient au Seigneur. Et c'est son amour, fort comme la mort et tenace comme les enfers (voir Ps 117, 2), plus fort et plus résistant que tous les maux de ce monde. Ainsi le Seigneur Jésus a reçu un Nom qui est « au-dessus de tout autre nom » (Phil 2, 9), c'est-à-dire « au-dessus de toute principauté et de toute puissance » (Ep 1, 21), c'est-à-dire de toute puissance humaine et même diabolique. C'est pourquoi, comme nous l'avons dit précédemment, les enfants de l'Église peuvent se réjouir en Lui : et ils ne peuvent le faire que parce qu'ils sont humbles, c'est-à-dire pauvres en tout autre que Lui. Nous nous réjouissons donc en Lui parce que, même s'il est Lui. est caché, « la justice et le droit sont la base de son trône » : son trône est la croix, et Il est « justice pour tous ceux qui croient en Lui » (Rm 10, 4), ou ils regardent celui qui a été transpercé, et c'est là qu'ils apprennent à reconnaître l'amour de Dieu et à croire en Lui. 

Comme vous le savez, son « royaume n'est pas de ce monde » (Jn 18, 36), c'est-à-dire qu'il n'est pas fait, établi et entretenu avec les matériaux avec lesquels sont construits les royaumes d'ici-bas. Les pouvoirs des hommes dans ce monde reposent sur la force et construisent des équilibres de pouvoir ; ils sont entretenus par la peur et renforcés par la violence. Le royaume de Jésus a été constitué par son humilité, avec laquelle il « s'est humilié en se rendant obéissant jusqu'à la mort, jusqu'à la mort sur la croix » (Phil 2, 8) : Jésus a renoncé à ce qui lui était dû, il ne l'a pas considéré comme un trésor. pour défendre jalousement sa dignité, et est devenu plus petit, pas plus grand ; par conséquent, ceux qui travaillent pour ce royaume ne peuvent pas choisir des chemins ou des moyens différents qu’Il ​​n’a pas utilisés, devenant des serviteurs comme Il l’a fait. C'est pourquoi saint Ignace de Loyola, dans ses Exercices spirituels, nous suggère de lui demander, notre véritable et suprême roi, la grâce de choisir et de désirer pour nous ce qu'il a choisi et désiré pour lui-même : l'humilité, la pauvreté, la douceur, la douceur, c'est-à-dire tout ce que le monde méprise et rejette. Mais tout cela ne peut se réaliser que dans la prière : seule la contemplation de la croix et du mystère qu'elle renferme nous rend capables, presque par osmose, de nous revêtir de Lui. à visage découvert, reflétant comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en cette même image » (2 Cor 3, 18) : Il devient le centre de notre cœur, c'est-à-dire de nos sentiments les plus profonds, de nos désirs. , de nos aspirations, non à une sorte de devoir, non à une loi morale ou religieuse à observer, mais au souffle de l'Esprit, à l'amour qu'Il nous donne et qu'Il déverse dans nos cœurs, les rendant capables d'aimer. C’est seulement ainsi que nous serons des signes de Lui dans ce monde qui est le nôtre.

Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G