Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G
itenfrdeptes

Index de l'article

Partagez notre contenu !

par Ottavio De Bertolis

Lors de nos réunions précédentes, nous avons contemplé ce fleuve d'eau vive qui coule du côté transpercé du Seigneur et nous avons vu comment dans cette image de l'Évangile de Jean prend vie cette page du prophète Ézéchiel dans laquelle nous est présenté un fleuve déchaîné. qui découle du temple, précisément « du temple de son corps » (Jn 2, 21).

Nous avons également commencé à mentionner à quel point l’eau vive symbolise le Saint-Esprit qui a été promis. Encore une fois le prophète Ézéchiel nous aide, dans un texte très célèbre : « Je t'aspergerai d'eau pure et tu seras purifié ; Je te purifierai de toutes tes souillures et de toutes tes idoles ; Je te donnerai un cœur nouveau, je mettrai en toi un esprit nouveau, j'ôterai de toi le cœur de pierre et je te donnerai un cœur de chair » (Ez 36, 25-26). Ce passage montre le lien étroit qui existe entre l'eau vive, le don de l'Esprit et un « cœur nouveau », qui est celui du nouvel Adam, c'est-à-dire de Jésus-Christ ; et ce n'est pas un hasard si c'est un passage souvent utilisé dans la liturgie pour l'administration du Baptême, pour la mention de l'eau vive qui purifie, et de la Confirmation, pour la référence à l'esprit nouveau qui transforme l'ancien, ou « pierre " cœur. en un nouveau, ou " de chair ". En fait, il est facile de démontrer que pour Jean, la Pentecôte a lieu juste sous la croix. Nous y trouvons une communauté de croyants composée de la mère de Jésus, des femmes et du disciple que Jésus aimait, tout comme dans le récit de Luc dans les Actes des Apôtres, nous voyons le don de l'Esprit s'accomplir à la Pentecôte, cinquante jours après la Résurrection. L'Esprit est le premier don de la mort du Christ, dont il est dit : « Et, baissant la tête, il rendit le dernier soupir » (Jn 19, 30). L'expression « spirò » ne signifie en effet pas simplement « il est mort », même si en italien on dit effectivement de quelqu'un qui meurt, qui expire ou rend son dernier souffle. En fait, le souffle est le symbole de la vie, et l’Esprit, dans l’Ancien Testament, est avant tout le souffle. Jésus, en expirant, nous accorde son souffle, la vie même dont il vit, pour que nous ne vivions plus, mais qu'il vive en nous (cf. Gal 2, 20), et nous pouvons vivre comme lui. L'expression "spirò" devrait en fait être traduite littéralement par "il a remis l'esprit". À qui? Au Père, bien sûr, en lui donnant ou en rendant sa vie, c'est-à-dire en la remettant entre ses mains, mais aussi entre nous. Cette « respiration » rappelle en fait la toute première ligne de l'Écriture, le premier verset du livre de la Genèse, où « l'esprit de Dieu planait au-dessus des eaux » (Genèse 1,1, XNUMX). Ici, sur les grandes eaux qui semblent immerger et avaler Jésus - les grandes eaux du mal et du péché de l'homme - plane l'Esprit Saint, qui attire à Lui toute l'histoire, la grande, du monde entier et la petite, c'est-à-dire celui de nous tous, accomplissant ainsi la parole lorsqu'elle dit : « quand je serai élevé de terre, j'attirerai tous les hommes à moi » (Jn 12, 32). En fait, l’Esprit rend témoignage à Jésus, présente ses paroles à nos cœurs, nous pousse à décider pour lui. Plus encore : il fait de nous de nouveaux Christs, rendant notre vie semblable à la sienne, nous rendant capables de choisir et de désirer pour nous ce qu'il a choisi et désiré pour lui-même, nous sauvant ainsi de la loi, qui semble inéluctable, du péché et de la mort. Cet Esprit nous est « mérité », obtenu par la Passion ; paradoxalement, Dieu utilise la mort de Jésus, provoquée par nous, par notre rejet, pour nous remplir d'eau nouvelle et vivante, pour nous donner un cœur nouveau. Le Cœur du Christ a été ouvert par un coup de lance, non par nos bonnes œuvres. Dieu a utilisé un instrument d'offense, le péché, qui nous unit tous, pour nous permettre d'ouvrir notre cœur et de nous renouveler dans son Saint-Esprit.  

Cliquez pour écouter le texte en surbrillance! Fonctionne Discours G